mercredi 24 juin 2015

BOULES A LA NOIX DE COCO ET AU CHOCOLAT ('BOUNTY') (vegan, sans gluten)


Dimanche, j'ai participé à la Course des Héros (qui était géniale, mais ce n'est pas la question ici). J'ai rencontré des personnes passionnantes et passionnées, on a beaucoup discuté et j'ai appris énormément de choses.
Et puis, dans le métro, au retour, j'ai réfléchi. L'article génial à propos de l'engagement de la toute aussi merveilleuse Ophélie (qui a besoin de vous ICI - promis, ça prend 5 minutes) m'est revenu en tête, et j'ai eu 45 minutes pour y penser.


J'ai toujours essayé de faire du mieux possible et je culpabilise souvent quand je vais à l'encontre de mes valeurs, même involontairement (par exemple, quand j'achète un jean sans penser à la pièce en cuir derrière). Quand ce sont les autres, ça ne me viendrait même pas à l'esprit de me dire que ce qu'ils font n'est pas bien. Mais quand c'est moi, oui.
Évidemment, ce n'est pas parce que j'achète ce jean avec la pièce en cuir – sans faire exprès en plus - que je ne peux plus me dire végane. Il n'existe pas de police VG ni d'ordre ou de 'suprématie' des véganes les plus véganes, et je suis encore libre de mes actes. Mais cela n'empêche pas que je m'en veuille beaucoup, alors que cela ne change rien. Le pantalon est acheté, point barre.


Personne n'est parfait dans ses actes. PERSONNE. Et je pense qu'avec toutes les images qui nous entourent, que ce soient des personnes au corps soi-disant 'parfait', au mode de vie 'parfait', à la vie 'parfaite', on est vite amené-e-s à se comparer à elles. Entre l'alignement 'parfait' des fruits sur le porridge sur Instagram, de la décoration 'parfaite' de la maison sur Pinterest ou du post le plus sensationnel sur Facebook ou Twitter, on a très envie de faire pareil, ne serait-ce que pour avoir un peu de fierté et faire du bien à notre égo.
Et je ne vais pas vous mentir : j'y suis sensible autant que tout le monde.
Avec beaucoup de recul, et après avoir pris mes distances avec les Internet, plus profité de la 'vraie' vie et discuté avec des personnes formidables, je me rends compte maintenant de la place que prend l'image dans notre vie de tous les jours. Que ce soient les réseaux sociaux, la pub, les réflexions qu'on entend dans la rue ou les articles de certains magazines, il faut toujours être comme ci ou comme ça, et vous aurez la vie de rêve. 

Bon.

Je ne vous cacherai pas que j'ai eu beaucoup de problèmes avec l'image que j'ai de moi-même et qu'ils ne sont toujours pas entièrement résolus – cette année a été particulièrement difficile - , mais en ouvrant les yeux sur le sexisme ordinaire, sur toutes les formes de discrimination possibles et imaginables (et pour une fois, merci Twitter), j'ai beaucoup progressé dans la vision que j'ai de moi-même. Bien sûr, je parle ici de moi, et je ne sais pas si toutes les personnes se retrouvent dans ce que je dis, mais le fait d'accepter le fait qu'on vit dans un monde où (presque) tout est mesuré, calculé, comptabilisé, chronométré, pesé, et que rien n'est plus vraiment 'naturel' et spontané m'a bien fait comprendre que je ne peux moi-même pas être un être 'fabriqué' en fonction des standards existants et tenter coûte que coûte de m'y conformer, et que je dois faire 'avec' ce que j'ai, que je le trouve nul ou bien.


Mis à part ça, cette année est bientôt terminée – plus que quelques petits jours ! Ces derniers temps ont été extrêmement difficiles car, pour faire simple, je me suis rendue compte au début de l'année que la prépa ne correspondait pas du tout à ce que je souhaitais faire. Ces derniers mois ont donc été consacrés à la préparation d'oraux, de lettres de motivation et de CV pour des écoles d'architecture (pour être paysagiste, mais c'est une autre histoire) en plus du travail habituel de prépa et je vous avoue que j'ai peiné à en voir le bout.
Mais les bonnes nouvelles sont tombées il y a deux semaines et mes efforts ont été récompensés puisque j'ai été acceptée aux trois écoles que j'avais demandées (joie!). Ainsi, je quitte Paris l'an prochain pour une ville à taille un peu plus humaine et qui, je pense et j'espère, me plaira plus (il s'agit de Nantes pour les petits curieux ;) ). Maintenant, j'ai repris mon souffle (et je cherche activement un studio à Nantes, si jamais vous avez ça sous la main...), et les mails du concours vont pouvoir être envoyés à tous ceux qui m'ont donné leur adresse mail (et ceux qui ne l'ont pas fait : lisez CECI )
Et pour fêter cela... quoi de mieux que du chocolat ?


J'ai réalisé cette recette pour la première fois le dernier week-end des dernières vacances (ce qui fait... 2 mois!), et j'ai dû la refaire 4-5 fois depuis. J'ai l'impression qu'elle a été appréciée par les personnes qui y ont goûté (qu'elles me corrigent si ce n'est pas le cas, mais je ne pense pas me tromper pour une fois), en tout cas, chez nous, elle n'a pas tenu les deux jours après leur réalisation. Elle est vraiment, vraiment simple à faire – un peu trop puisqu'on a tendance à en faire trop souvent du coup ;) -, ne nécessite pas d'ingrédient farfelu, et est, si vous ne l'aviez pas compris, dé-li-cieuse.


'Bounty' vegan, sans gluten et sans cuisson

Pour une trentaine de boules

3 tasses de noix de coco râpée (environ 250g)
1/2 t de crème de coco fondue (le dessus d'une boite de lait de coco)
2 grosses càs de beurre ou d'huile de coco fondu-e
4 càs de sirop d'érable
1 pincée de vanille en poudre

300g de chocolat fondu

pour la décoration (optionnel) :
des zestes de citron, d'orange ou de citron vert
du gros sel
du sésame et des graines de tournesol
... ce que vous voulez !

Mélanger la noix de coco râpée avec la crème de coco, l'huile ou le beurre de coco fondues, le sirop d'érable et la vanille.
Placer au frais pour que le mélange refroidisse et se solidifie.
Former des boules – de la taille que vous souhaitez -, et placez-les de nouveau au frais.
Enrobez les de chocolat fondu, décorez-les si vous le souhaitez, laissez le chocolat se solidifier et dégustez !

Les boules se conservent au minimum 4 jours au frais (je n'ai pas pu tester plus, mais je dirais au moins 10 jours)

28 commentaires :

  1. oh Gaelle , je te souhaite le meilleure dans tes études , c'est vraiment super d'avoir été accepté et de savoir réellement ce que tu veux faire ! moi j'ai 23 ans et je patauge toujours , je ne sais pas , je suis perdu en fait ! merci pour cette délicieuse recette que je vais faire ça c'est sur ! tes articles sont toujours un vrai bonheur a lire et a regarder , tu écris très bien ! gros bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Cindy !
      J'espère de tout coeur que tu trouveras ta voie !
      Merci encore pour tout ton soutien :)

      Supprimer
  2. Miam ! cette recette tombe à pic, j'ai des envies de noix de coco !
    Bravo pour tes concours Gaëlle !
    Et je voulais enfin te dire aussi (je crois que je ne t'ai jamais laissé de message) que j'adore te lire, j'aime tes photos, j'aime l'ambiance, ton calme-dynamique, ta réflexion, la lumière, ta personnalité, ta simplicité... tu es le blog qui me "parle" le plus.... la copine avec-qui-on-pourrait-enfin-se-comprendre... merci de partager ta créativité et ta joie de vivre avec nous ! Belle journée douce Gaëlle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mille fois ! Ton message me touche énormément, et je suis immensément ravie que tout ça te plaise.
      Je ne sais pas si je donne cette impression là, mais c'est un immense compliment, merci encore !

      a très bientôt :)

      Supprimer
  3. Bonjour Gaëlle !
    Cela fait maintenant un petit moment que je suis ton blog sans jamais avoir réellement pris le temps de me poser afin de te laisser un commentaire. Mais ton article m'a particulièrement touché et je me suis dit que j'avais bien 5 min à lui consacrer en cette belle matinée d'été !
    Tout d'abord merci pour cette recette qui me fait saliver alors même que je sors de mon petit déjeuner ! (Et merci aussi au passage pour toutes les autres et pour tes articles en général, Cindy a raison, c'est un vrai bonheur de te lire, tes textes sont des petites friandises à eux seuls !)
    Je te rejoins parfaitement sur ton discours autour de cette quête permanente de la perfection qui, même si on ne s'y identifie pas de prime abord, exerce malgré nous et à notre insu une pression sur nos épaules, sur notre manière de vivre, d'interagir avec les autres et même parfois de penser. C'est quelque chose qui fait grand débat en moi-même depuis quelques années maintenant et apprendre à lâcher-prise est encore une grande lutte quotidienne pour moi !
    Enfin en ce qui concerne tes études, bravo, c'est formidable de réussir à trouver sa voie, de se sentir en adéquation avec la formation que l'on choisit ! Moi j'ai aujourd'hui 24 ans, je passe en M2 l'an prochain et j'ai déjà bifurqué à deux reprises dans mes études, pour enfin me sentir épanouie aujourd'hui (même si avec un caractère tel que le mien le doute est omniprésent !) Je te laisse avec le lien de l'école de Blois, je sais que tu es acceptée à Nantes, et que tu as déjà dû faire le tour de la question et des écoles du paysage, mais mon meilleur ami est étudiant là-bas et je trouve que leur éthique et leur état d'esprit correspond bien à celui que tu nous exprime dans tes différents articles : http://www.ensnp.fr/
    Bon courage pour la suite et surtout continues dans cette voie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dommage qu'on ne puisse pas 'aimer' les commentaires, j'aime beaucoup le tien en tout cas :)
      J'avais regardé pour l'école de Blois mais je ne connais pas trop et, je ne sais pas, ça ne m'avait pas trop tenté (tu vas me faire regretter, ahah ;) ).
      en tout cas, c'est chouette que tu aies trouvé une voie qui te plaît, et on tâtonne souvent beaucoup, je pense, pour trouver ce qui nous plaît vraiment :)
      A bientôt ! :)

      Supprimer
  4. Bonjour Gaëlle,
    Hé bien, tu as tenu un an en prépa en sachant que ce n'était pas ton truc ? quel courage ! :O
    Bravo d'avoir su chercher autre chose, et d'avoir apparemment trouvé.
    Aujourd'hui à 24 ans termine mes études d'architecture (3 années de licence à Marseille, puis un master à Paris la Villette). Ce sont des études très exigeantes (mais nul doute que si tu as survécu à une prépa, l'école d'archi devrait marcher !), fatigantes, mais aussi vraiment très, très intéressantes. On y fait aussi bien de la construction (un peu) que de la socio, de la philo, de la théorie, de l'histoire de l'Art ! un vrai plaisir.
    Il faudra surtout ne pas se décourager au début : c'est très déstabilisant parce que ça ne ressemble à rien de ce que tu auras fait avant, à moins d'avoir passé un bac STI. Je sortais d'un bac L et je ramais un peu au début, comme mes camarades (la plupart sortis de S). Le "projet" (la matière principale comme tu le verras bien vite) exigera de toi une nouvelle manière de réfléchir, pas évidente au premier abord, mais une fois que tu comprends où les profs veulent en venir, c'est surtout une gymnastique de l'esprit qu'il faut acquérir et à laquelle tu ne penses même plus ensuite. Mais les toutes premières années (1 et 2 principalement) sont difficiles, parce que beaucoup d'élèves arrivent à l'école et abandonnent en cours d'année, si bien que les profs ne te prennent pas tout de suite au sérieux. Mais bon, si j'ai réussi, tu pourras le faire ! :)
    Pour ce qui est du paysage, je ne sais pas trop comment ça se passe. Un copain de l'école avait justement choisi de se spécialiser là dedans à Marseille, et avait encore quelques cours à l'école d'archi, de souvenir. De toutes façons il doit toujours être possible de bifurquer (je ne sais pas comment c'est à Nantes mais à Marseille et à Paris il ne m'a jamais été proposé de m'intéresser au paysage autrement qu'à travers de cours théoriques... un peu frustrant tout ça.)
    Mais ce sont des études très, très enrichissantes, même si je m'en éloigne pour ma part parce que le métier d'archi ne me convient pas.
    Bravo pour cette nouvelle aventure qui commence !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Kim !

      Je me souviens, tu avais laissé un commentaire sous un autre article me disant que tu étais en archi :) J'avoue que je commence à stresser un peu, je ne sais pas trop à quoi m'attendre, mais c'est pareil pour tout le monde je suppose ;)
      Pour le paysagisme, je ne sais pas encore trop comment tout ça va se passer, j'aimerais beaucoup rentrer dans une école du Paysage (il y en a une à Versailles et une autre à Marseille).
      D'ailleurs, j'avais mis la Villette dans mes choix et j'ai beaucoup hésité à le mettre en 1er voeu, avec Nantes.

      En tout ca,s merci pour tes encouragements !

      Supprimer
  5. Non seulement ta recette a l'air divinement bonne mais je rejoins ta réflexion sur la perfection sur toute la ligne. Ce sujet me chipote et fait des noeuds dans ma tête depuis longtemps et, même si je pense m'être affranchie d'une bonne part du poids que l'injonction à la perfection exerce sur nous aujourd'hui (tout ça prend du temps), je suis profondément attristée de constater que la culpabilité et la frustration qu'elle peut générer chez les autres génère autant d'angoisse que de violence. Pendant 4h, hier, j'ai tenté de mettre des mots sur une petite partie du problème (pourrons-nous en faire le tour un jour ?), l'article est publié et je me sens soulagée d'avoir pu verbaliser un ressenti un peu flou.
    Je le répète mais je salue la maturité que tu laisses transparaître en toute humilité par ici. Keep going, tu sembles être (et cela m'étonnerait que a ne se confirme pas dans la réalité) une très belle personne Gaëlle :)

    RépondreSupprimer
  6. Après des petits mots sur twitter, des plus grands mots ici pour te féliciter encore d'être venue à bout de cette année, et avec succès en plus! Je te souhaite plein de bonheur dans ton école, dans ta future nouvelle ville!
    Et quelle recette pour ton retour!!! miam, j'en salive!!!!! Et passe un bon été Gaëlle :)

    RépondreSupprimer
  7. Coucou Gaëlle ! Je vais faire ma "vieille" qui a été à ta place il y a 10 ans : je comprends (un peu) ton point de vue, mais si tu avais voulu faire de la botanique, je t'assure que tu aurais pu. MAIS tu aurais quand même dû te farcir plein de matières inintéressantes à côté parce qu'en école d'ingé, tu commences d'abord par faire un peu de tout (génétique, informatique, biochimie, statistiques, etc...) avant de choisir ta spécialité (j'ai dû apprendre à coder en C++, j'ai failli me pendre).

    Comme tu l'as vu, en prépa on fait plein de maths / physique / chimie et la botanique n'est qu'une partie du programme de bio donc c'est assez peu... oui, ça peut être frustrant mais au fond tout est lié ! Il faut de la physique pour comprendre la botanique à l'échelle macro (les flux d'eau, par exemple), il faut de la chimie pour comprendre les réactions comme la photosynthèse. La géologie, je suis d'accord, ça ne sert à rien ^^. La prépa BCPST, c'est très théorique. On ne t'apprendra pas à faire pousser des plantes, mais on t'apprendra la germination et la photosynthèse... La pratique vient en école d'ingé.

    Pour faire de la botanique particulièrement, il t'aurait fallu jongler avec les modules proposés par ton école, choisir les stages adaptés (INRA, labo dans une université, etc.) et enchaîner avec une thèse, très probablement. Bref, on ne t'aurait jamais proposé un cursus de botanique tout prêt, cela aurait été à toi de le construire. Ou alors, il aurait fallu intégrer Normale sup... pas le plus évident non plus !

    Je suis étonnée que tes camarades de prépa soient allés en BCPST pour devenir banquiers... Dans ma promo, il y a eu tout plein de botanistes (bon, j'avoue, la plupart fabriquent des OGM à présent...) et à ma connaissance un seul banquier (il fait du trading de céréales, c'est agro, ça non ;-) ?)

    Bref, j'ai juste envie de dire qu'il y a une immense majorité de gens hyper motivés par la biologie en BCPST, ce serait dommage de décourager ceux qui te lisent et qui envisagent ce parcours. Ceux qui font le calcul de se dire "je vais en BCPST parce que c'est plus facile et après j'utilise une passerelle entre écoles pour finir à HEC", c'est vraiment, vraiment rare ! Mais si ça n'est pas pour toi, il n'y a pas à discuter ! Je suis sûre que tu aimeras ton futur cursus, la vie en province. Bravo pour ton courage et cette remise en question au bon moment : tu es jeune, ça t'a donné de l'expérience, ça t'a appris à bosser comme une folle (je me trompe ? ;-) ) donc pour la suite, ça ira tout seul !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Hélène ! Merci beaucoup pour ton commentaire ! (je recommence, le (long) commentaire que j'avais écrit s'est effacé, argh !)

      Je suis vraiment désolée que tu aies mal pris ce que j'ai écrit, ce n'était pas le but ! J'ai un peu (beaucoup) forcé les traits, je vais revoir la formulation de ma phrase pour nuancer tout ça, mon but n'étant évidemment pas de décourager !

      Bien sûr, si j'avais voulu faire de la botanique, j'aurais certainement pu, mais je ne parle pas dans le vide : j'en ai discuté avec mon prof de bio, et lui même dit qu'il y en a de moins en moins (remplacé par de la génétique...). J'aurais pu essayer d'intégrer l'école d'horticulture d'Angers par exemple, mais ce n'est pas ce qui me tentait le plus.
      Ensuite, bien sûr qu'on a des maths, de la physique et de la chimie, et je ne m'attendais pas à autre chose ! J'ai ADORÉ cette année, vraiment, j'ai appris plein de choses et je trouve ça formidable. Ce qui m'a fait changer d'avis, c'est vraiment les débouchés, si j'avais pu rester en prépa pour le 'plaisir' d'apprendre, je l'aurai fait ! (surtout que la majorité du programme sur les plantes est maintenant en 2è année avec le nouveau programme...). Que ce soient les flux, la photosynthèse, le métabolisme, les membranes, j'ai adoré apprendre tout ça, vraiment, ce n'est pas le manque de pratique qui m'a fait changer d'avis mais bien les débouchés.

      Pour ce qui est des banques... Je grossis le trait mais, pareil, j'en ai parlé, et on a eu un 'forum' au début de l'année avec d'anciens élèves et je ne sais pas s'il y en avait un seul qui faisait vraiment de l'agro. D'un côté c'est génial car ça montre la diversité des cursus après la prépa et l'école d'ingé, mais moi ça m'a plus découragée qu'autre chose, et ça m'a surtout donné l'impression que faire de l'agro dans une école d'agro est marginal !

      Ensuite, ma mère est elle-même ingénieur agronome et, à notre retour d'Italie, elle n'a pas pu retrouver du travail en tant qu'ingénieur (elle est maintenant prof d'agro). J'ai l'impression que le secteur est un peu bouché et ce n'est pas la seule personne que je connaisse qui soit dans ce cas là ! Enfin, il reste du travail, bien sûr, mais j'ai l'impression que le chemin est un peu (très) compliqué - et je n'ai pas spécialement envie de travailler à l'INRA (ni de faire de la sélection, je suis assez têtue, aussi, ça n'arrange rien ;) )(par contre, faire ce que ton amie Louise fait me plairait énormément, mais j'ai peur qu'il y ait peu de débouchés :) )

      En revanche, j'ai l'idée de faire une thèse si j'arrive jusque là, et les écoles du paysages en proposent en partenariat avec l'Agro Paris Tech et si je peux mêler les deux, je serai la plus heureuse !
      Je ne cherche pas un cursus 'tout prêt', mais au moins un chemin - même sinueux - , et je n'ai pas trouvé grand chose à ce propos.

      Et pour finir, je dois être une des seules (si ce n'est pas la seule) à vouloir faire de la botanique ou même de l'agro dans ma classe, les 3/4 sont là pour véto, le quart restant pour l'ENS, j'ai la désagréable impression qu'agro est un peu la voie où tout le monde va 'par défaut'. (enfin ça dépend sans aucun doute des promos, mais là c'est assez marqué).

      Donc je suis encore vraiment désolée que tu aies mal pris ce que j'ai écrit, je change la formulation de suite, et merci encore pour ton retour !

      Bon courage à toi pour tout, à très bientôt ! :)

      Supprimer
    2. Coucou ! Promis, je n'ai pas mal pris ce que tu dis mais j'ai trouvé ça un peu maladroit, en effet :-) et je comprends tout à fait tes raisons. A mon époque, la bota était répartie entre sup et spé... Tu aurais adoré les dissections florales :-) c'est assez magique !

      Alors, oui, malheureusement être ingénieur agro en France, à une époque où l'industrie disparaît dans ce pays, c'est s'exposer à pas mal de risques. Beaucoup de camarades de promo ont été longtemps au chômage après l'école, et une partie d'entre eux ne peut trouver mieux que d'enchaîner les CDD. L'autre souci, c'est que ce sont des métiers beaucoup moins bien payés que dans la finance... Les salaires à l'embauche en finance sont parfois 30% plus élevés que dans l'industrie agroalimentaire :-(

      Du coup, les métiers tertiaires (finance, conseil en tout genre, assurance) recrutent car tant que tu sais un peu compter, peu importe que tu sois Agro, HEC ou Mines. Et je crois que c'est surtout ce type de personnes qui se rendent sur les forums car c'est là qu'il y a des jobs à pourvoir... Dans l'industrie, pas trop, alors ils ne se présentent même plus aux étudiants.

      Louise a un job cool mais elle a galéré pour l'avoir et son rêve aurait été d'être indépendante. Pour l'instant, difficile.

      Pour faire ce que tu voulais faire, le mieux aurait été d'entrer dans une école d'ingé et de te battre (il faut se battre) pour pouvoir aller faire un master aux US. Dans ces universités-là, tu as des cursus de botanique vraiment cool (je le sais, je m'étais renseignée avant d'aller en Suisse ^^). Ou en Suisse, d'ailleurs, dans mon université ! En France, ça n'existe plus trop en effet donc tu as fait le bon choix.

      Contente de voir que tu tires quand même du positif de cette année, j'avais eu l'impression que tu n'avais pas aimé... On apprend quand même des choses magnifiques en BCPST :-)

      Ca dépend des prépas, certaines sont très orientées ENS (donc j'imagine que tu étais dans une certaine prépa au coeur de Paris ;-) ), dans la mienne c'était 60% agro, 40% véto, personne n'était intéressé par la recherche. Mais je dois dire que les fusions entre école d'Agro, le projet de déménagement à Saclay, etc... ont pas mal détérioré l'image de l'Agro paris, que cette école a cherché à attirer du monde en mettant de côté sa spécificité agro. Bref, c'est dommage, mais j'ai envie de dire que c'est un peu comme pas mal de choses en France : on fait de mauvais choix pour des raisons valables à court terme mais pas à long terme.

      Tu découvres que ça n'est pas facile de savoir quoi faire ni comment le faire... Pour ma part, je ne savais pas ce que je voulais, à ton âge, j'ai juste "kiffé" la prépa et une fois arrivée en école, j'ai réalisé que ça ne me convenait pas. Donc j'admire ta décision !

      Je ne voulais pas encore pondre un roman, on dirait que le sujet me rend loquace ! Bonnes vacances, Gaëlle, prépare-toi pour la suite, repose-toi et publie sur ce blog :-)

      Supprimer
  8. Bon, ben moi j'ai bien envie de tester cette petite recette de Bounty !!!
    Gaëlle, je suis contente de te lire à nouveau ! Je me demandais comment tu allais.
    Plein de belles choses pour toi ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Je suis contente que ça te donne envie d'essayer :)

      Supprimer
  9. Ravie de te revoir sur la blogosphère... Je ne vais pas t écrire un roman 📖.... Tu as tellement de commentaires 😁. Juste bravo pour ta motivation et félicitations pour ta persévérance, juste bonne chance pour ce tournant et juste milles mercis pour cette recette, ces photos et ces mots encore et toujours sublimes, délicieuses, vrais et touchants. Je trouve sincèrement que tu as mûrie et que tu as pris énormément de recul....
    Que cette nouvelle vie t apporte tout ce dont tu désires ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, merci Alexandra ! Cette année m'a permis de remettre en question beaucoup de choses, c'est peut être pour ça :)

      Supprimer
  10. je viens de les tester, c'est dé-li-cieux !!! j'ai mis moitié huile, moitié beurre de coco - vu que j'avais les deux :D - et c'est par-fait !

    sinon je suis ravie de voir que tu as le courage de chercher, de trouver ce que tu veux faire et de t'y tenir, au risque de quitter la "voie royale" à laquelle tu avais pleinement droit. Cela fait du bien à lire, de la part de quelqu'un d'aussi surdoué que toi, que la prépa n'est pas obligatoire si on a le privilège d'être capable y survivre.

    Je te souhaite beaucoup de réussite, ainsi qu'un peu plus d'indulgence envers toi-même par rapport à ce que tu nous expliques plus haut (facile à dire de la part de qqn qui n'est pas vegan, mais plutôt flexitarienne-bio-équitable, bien que les arguments de la communauté vegan raisonnent pour de vrai en moi ;) ).

    PS: pour le jean, ce qui me fait mal à moi, en plus de la pièce en cuir, c'est de penser à ces petits enfants qui trempent leurs mains dans le colorant chimique et toxique afin de nous livrer le jean au prix le plus bas possible et de permettre aux intermédiaires de s'en mettre plein les poches... (Ce n'est pas pour te culpabiliser encore plus que je dis ça, c'est plutôt pour essayer de te faire voir que les paramètres à prendre en compte afin de faire le choix "parfait" au niveau de ses achats son très nombreux, complexes et interdépendants : bref, pour moi, l'achat parfaitement éthique n'existe pas, on peut juste essayer de s'en rapprocher le plus possible, en ayant en tête qu'il y aura toujours des compromis à faire avec notre conscience...)

    RépondreSupprimer
  11. PS : ah, en lisant ta réponse à Hélène, je vois que j'ai du mal lire, puisque tu dis avoir aimé cette année ! Oups, désolée :)

    RépondreSupprimer
  12. Non !! Mon commentaire a été supprimé :(

    En substance, je disais : merci pour cette jolie recette, et bonne continuation dans cette jolie ville qu'est Nantes ! Et je comprends que les images t'affectent, c'est mon cas aussi. Parfois je regarde les comptes instagram publics et je suis un peu envieuse, et ai l'impression que ma vie est miteuse... mais je devrais apprendre à faire la part des choses !

    Je vais vite me coucher sous ma moustiquaire, avant de ne plus avoir un centimètre de peau sans piqûre de moustique!
    Lou

    RépondreSupprimer
  13. Heeeeeeeeeey !! C'est vraiment chouette que tu viennes à Nantes ! J'habite à Nantes depuis maintenant un an et je suis ton blog depuis environ 6 mois (je suis une fan ! de toutes tes recettes, des tous tes pots, en somme, de toi ^^)
    Bon je vais pas trop m'avancer mais je pense que tu t'y plaira, il y a beaucoup d'espaces verts et l'Erdre ainsi que la Loire qui traversent la ville sont très agréables ! Après il pleut assez régulièrement.. mais ça n'empêche pas le beau temps ;)

    Bonne chance pour tes recherches de studio, le mieux serait de ne pas être trop loin de ton école (elle se situe où ?). Je suis moi-même en plein dedans car je change de colocation, au détour j'ai vu quelques studios plutôt sympas mais il faut faire vite car les meilleurs sont pris d'assaut :(

    Padja.

    RépondreSupprimer
  14. Bravo pour ta réussite !!!
    Et ta recette à l'air délicieuse, j'ai envie de la tester, merci !!

    RépondreSupprimer
  15. Bravo pour ta réussite !!!
    Et ta recette à l'air délicieuse, j'ai envie de la tester, merci !!

    RépondreSupprimer
  16. Bravo pour ta réussite !!!
    Et ta recette à l'air délicieuse, j'ai envie de la tester, merci !!

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour,

    jai laissé un msg il y a environ 3 J, je ne l'ai pas vu apparaître, l' as tu reçu jeune fille ?
    Merci d'avance
    Chloé, Nice

    RépondreSupprimer
  18. J'ai essaye' la recette et c'est un vrai delice, je dois me retenir pour ne pas manger ces petites boules en une fois :-) . J'ai juste omis l'huile de coco...
    Merci pour la recette!

    RépondreSupprimer
  19. J'ai essaye' la recette et c'est un vrai delice, je dois me retenir pour ne pas manger ces petites boules en une fois :-) . J'ai juste omis l'huile de coco...
    Merci pour la recette!

    RépondreSupprimer