mercredi 11 novembre 2015

LIVRE : LA GUERILLA JARDINIERE DE RICHARD REYNOLDS

 Bonjour ! 

Aujourd'hui, c'est un article un peu différent que je vous présente : je vous parle d'un livre.

https://www.flickr.com/photos/miajudkins/4124218980

C'est quelque chose que j'avais envie de faire depuis très longtemps, alors quand Natasha d'Echos Verts m'a proposé de participer à son éco-défi 'Découvrir des lectures engagées et inspirantes' (pour plus d'informations, c'est par ici ! ), j'ai dit un grand oui, parce que c'était l'occasion ou jamais de me lancer dans ce vaste monde de présentations de livres, surtout pour moi qui ne suis pas une littéraire du tout. (et parce que j'admire énormément le travail de Natasha, j'aime fabuleusement son blog et que c'est une très chouette personne :) ). Vous pouvez retrouver l'article de Marie à propos du live 'Moins gaspiller, c'est pas sorcier' ici , et demain ce sera au tour d'Eve - Kolibri ! J'attends vos impressions à propos de ce genre d'articles, si vous aimeriez qu'il y en ait plus, que je développe plus ou moins, bref, ce que vous en pensez !

https://www.flickr.com/photos/bastique/6578625913

Alors, imaginez-vous une ville verte. Où vous pourriez vous baisser à chaque coin de rue, cueillir trois fraises, deux tomates et une salade. Où il y aurait des fleurs poussant entre les pavés, des gauras un peu sauvages, de la belle bourrache, des narcisses éclatantes, de la lavande odorante.Ce serait plutôt cool, non ?
 
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/65/Lille_friche_saint_sauveur.JPG 
Or, ce n'est pas vraiment le genre de ville que l'on connaît aujourd'hui : on connaît les orties, les ronces, les chardons, les terrains vagues inutilisés-inutilisables, les friches, les bouts de terrain 'dont on ne peut rien faire'.

Mais R. Reynolds nous propose et nous invite à fleurir ces villes, ces lieux mal-vus à travers son livre, La guérilla jardinière.



L'auteur 

Richard Reynolds est le guerillo jardinier, comme il se nomme lui-même, qui a initié le mouvement en Angleterre, d'après une idée de Liz Christy, peintre vivant à New York en 1973. Habitant alors dans un quartier pas très aisé, pas très fleuri et pas très fréquenté de Londres, il a pris l'initiative de le verdir petit à petit, pour rendre la vie plus agréable, le quartier plus joli. Et ça a fonctionné. Son livre a été traduit dans de nombreuses langues, diffusé un peu partout et il sert de base pour de nombreuses personnes.
Suite à cela, il a donné - et donne toujours - de nombreuses conférences, a été interviewé quelques fois et son mouvement s'est répandu. Il y en avait donc bien besoin. 



Le livre


En commençant par une partie théorique – mais extrêmement intéressante -, l'auteur nous introduit au mouvement, ses valeurs, ses choix, ses raisons, ses variations, ses idées, ses grands moments : des débuts au XVIIè siècle à aujourd'hui. A l'aide de très nombreux exemples, l'idée générale est très facilement compréhensible et nous donne envie d'en faire partie. 

Puis vient une partie beaucoup plus pratique : comment faire ?
A travers différents exemples ici encore, l'auteur nous donne des pistes : le matériel à avoir, quels genres de plantes choisir, les lieux et leurs spécificités, la communication du mouvement.


Pourquoi vous présenter ce livre ?  

Je trouve qu'il est très bien écrit : c'est un des livres les plus simples et abordables parmi ceux que j'ai lu à ce sujet. L'auteur prend rarement parti, il présente des faits, des exemples, des manières de faire. Il ne tient pas un discours alarmant-extrémiste-effrayant comme certain-e-s. En plus de cela, le livre est très bien structuré (j'aime les structures bien faites ! ), sans être indigeste, sans mots compliqués, bref, il se lit très bien.

Le mouvement
 R. Reynolds évoque plusieurs valeurs du mouvement : la guérilla jardinière permet à la fois d'embellir la ville, de resouder les communautés, de se nourrir et de prendre soin de sa santé, de s'exprimer et finalement d'augmenter la 'valeur' d'un quartier. Il s'agit de combattre le délaissement de certaines parties urbaines et de faciliter l'accès aux plantes à tous. Le droit d'avoir un cadre de vie/de travail agréable ne devrait pas être un privilège, et par un mouvement collectif il est possible de renforcer et de mettre en avant certains lieux jusqu'à présent mis à l'écart, que ce soient des ronds-points, des terrains abandonnés ou des bas côtés.

https://www.flickr.com/photos/40488921@N05/8815736897
 
Je vous ai beaucoup parlé de l'embellissement, mais il ne s'agit pas 'que' de rendre la ville plus jolie. la guérilla jardinière est un vrai mouvement politique : elle revendique le droit à la terre, sensibilise à la sécurité alimentaire, resserre les liens entre les habitants - entre eux et avec leur lieu de vie -, permet aux urbains de s’approprier une ville qui n'est devenu plus qu'un lieu lointain auquel il est difficile de participer et de prendre part au développement.
Ce livre est à la fois un petit manifeste pour la ré-appropriation des habitants de leur ville, pour le bien être de tous - le jardinage, c'est du sport, et c'est joli ! -, pour créer une société plus partageuse et ouverte, et pour préserver la biodiversité si fragile de notre environnement et un guide pratique, du comment, quand, où le faire, avec quelles personnes, les organisations qui existent, les outils et les pistes pour bien s'y prendre.

https://www.flickr.com/photos/artefatica/4305162523

Et vous, avez-vous lu ce livre ? Qu'en avez vous pensé ? 

Sinon, vous intéresse-t-il ? 

6 commentaires :

  1. non !! pas lu le livre .... je ne le connaissais même pas ....
    mais est-il besoin de te dire que les jardins devraient être obligatoires !!
    partout !!
    ne serait-ce que pour avoir 2 salades, 2 pieds de tomates, un bouquet de persil et un pied de thym (faut pas déconner non plus ) :D :D
    ça prendrait très peu de place, ça allégerait les factures d'eau de tout le monde, ça ferait moins de pelouse(s) à tondre .... je m'agare mais dès qu'on parle jardin .... ♫♫♫
    je suis pour ce genre d'article !! tu penses !! moi qui suis une inculte née !!!!
    merci ma fée !!!
    bisous
    <3

    RépondreSupprimer
  2. Très interessant - ton article et le livre ! - ça me fait très fortement penser au mouvement des incroyables comestibles né lui aussi en Angleterre.
    Un livre sur ce fabuleux mouvement est paru cette année chez Actes Sud dans la très interessante collection Colibris (http://www.actes-sud.fr/catalogue/cuisine-et-gastronomie/les-incroyables-comestibles) - je l'ai dévoré - il est lui aussi très agréable et accessible à lire et donne une grosse bouffée d'énergie et d'optimisme ! Tout ça me donne bien envie de me replonger dans la lecture et de découvrir cet ouvrage de guérilla jardinière à mon tour :-)
    Par ailleurs, je reconnais dans l'article de Natasha la couverture du livre de Perrine et Charles Hervé-Gruyer "Permaculture" paru dans la même collection - je ne me suis toujours pas remise de la lecture de ce livre alors que cela fait plus d'un an qu'il a été publié : une aventure humaine et agricole passionante qui se lit comme un roman - je ne saurais que trop te le conseiller si tu ne l'a pas déjà lu...
    ...Tiens, voilà que ton article m'a fait sortir de mon silence habituel car je suis ton blog avec beaucoup de plaisir et d'attention depuis tes débuts - j'en profite donc pour te remercier, je suis très admirative de ce que tu nous donne à lire et de la personne que tu es et qui transparait à travers tes pages, tes recettes et la diversité bienvenue de tes articles !
    Isabelle.

    RépondreSupprimer
  3. Mais, mais...! C'est magnifiques les ronces, les orties et les chardons ! Ce sont des plantes formidables pour les insectes de tous genres, offrant de la nourriture à tous les stades. Ce contre quoi il faut lutter, ce sont les arbres à papillon (Buddleia sp.) qui colonisent tous ces milieux et sont de véritables invasifs.
    Oui pour les jardins, et les bacs à espèces potagères en villes mais avec quelques friches quand même ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, mais je ne dis pas que c'est moche ni que ça ne sert à rien ! Il ne s'agit pas de réhabiliter toutes les friches (au contraire ! moi la première je ne suis pas contente quand on touche à ce genre de lieux - ma mère en sait quelque chose, je ne suis jamais d'accord quand elle veut 'défricher' une partie du jardin/couper un sureau/etc ;) ), seulement qu'on pourrait 'verdir' un peu certains endroits, mais pas tous ! Je suis désolée que tu aies compris ça, je vais revoir mes formulations :)
      Bises Emilie !

      Supprimer
  4. Ce qui est bien, avec les plantes, c'est que ça pousse. Un tout petit geste peut mener à une réelle présence, quelque chose qui prend de la place! :)
    C'est le genre de livre dans mes cordes (tu t'en douteras si tu lis l'article sur le livre dont j'ai finalement décidé de parler!), j'ai bien envie de m'y plonger! Merci pour la découverte!
    K.

    RépondreSupprimer
  5. AAAAAh génial!! J'habite Montpellier et l'année dernière lors d'un festival pour enfant appelé Saperlipotte nous avons eu l'occasion mes filles et moi de faire des "seed bombs"! En effet la démarche est globale et c'est parfait pour sensibiliser les enfants aussi car très ludique. C'est une activité manuelle que l'on fait régulièrement avec les filles quand leur amies sont à la maison. C'est une façon de rester connectés avec la nature. Très bel article!!

    RépondreSupprimer